Médiation Parents/Ados


Et je prendrai tes yeux et les mettrai à la place des miens... Et te verrai par mes yeux !

Ateliers Jeux de roles

COMPTE RENDU DES INTERVENTIONS

1ère Etape : Rencontre parents/Ecoutant

Deux rencontres de 90 minutes chacune.

Les parents sont invités à débattre autour des problématiques qu’ils rencontrent avec leurs adolescents : motivation scolaire, orientation scolaire, conflits parents-ado, communication…..

Première rencontre, un échange libre et soutenu s’engage rapidement.

Même s’ils font preuve d’une certaine inquiétude par rapport à l’outil « Jeu de rôle » qui va leur être proposé, les parents (Trois mères d’une trentaine d’années et un père plus âgé) se montrent curieux et participatifs.

Les sujets sont abordés franchement et débattus librement.

Notre parti-pris nous imposant de ne jamais suggérer des thématiques non évoquées par les participants, certains thèmes, pourtant traditionnellement récurrents, (Relations amoureuses, Sida, violences urbaines, harcèlement, danger chez certains jeunes en quête d’identité d’une radicalisation religieuse ou politique, etc…) ne seront pas abordés.

De nombreux sujets sont cependant évoqués ( Avenir professionnel incertain, Jeunes livrés à eux-mêmes, le collège et les dangers qu’il peut générer, la rue, la relation de confiance, la surconsommation, etc…. )

Dans un premier temps, les participants semblent attendre des « Réponses » de l’intervenant :

  • Il a ouvert un compte Facebook sans me consulter, comment je dois réagir ?

  • Comment définir les limites dont il a besoin (Et qu’il demande) ?

Pourtant, très vite ils acceptent l’idée que l’objectif poursuivi par l’intervenant n’est pas d’apporter une réponse « Toute faite » aux questions posées, mais d’amener chacun à s’interroger sur le pourquoi de ces questions :

« Quelle situation a provoqué le fait que je m’interroge sur tel ou tel comportement de ma fille ? » (Origine du conflit)

« Puis-je envisager et analyser une situation donnée dans un angle différent du mien ? » (En jouant à être l’autre, je vois par ses yeux)

Quelles solutions envisageables font naitre les réponses que j’apporte à ces questions ?

L’impératif horaire ne nous permettant pas d’approfondir chacun des thèmes soumis nous nous concentrons sur

L’avenir qui fait peur.

Voici quelque phrases et avis recueillis lors des entretiens :

  • Il n’a pas la tête à l’école

  • Je crains pour son avenir qu’il soit professionnel ou personnel

  • Ils se cherchent

  • Plus rien ne le motive vraiment

La peur des réseaux sociaux

Voici quelque phrases et avis recueillis lors des entretiens :

  • Oui, c’est une peur pour moi tous ses trucs sur internet

  • Il a ouvert son compte sans m’en parler

  • Il a un code, je vérifie ce qu’il fait

  • Moi je lui interdis, il n’a pas le choix

  • Le portable, c’est pour le rassurer

  • Ils sont tous dans la surconsommation

Le rapport à la marque

Voici quelque phrases et avis recueillis lors des entretiens :

  • Ça les rassure

  • La valeur de la personne est associée à la marque

  • Ils sont sous l’influence des copains et de la pub

  • Là aussi en fait, il surconsomme !

Addictions et toxicomanie

Voici quelque phrases et avis recueillis lors des entretiens :

  • Il consomme de plus en plus jeune, ça fait peur !

  • Aujourd’hui, drogue, alcool ; c’est par défi

  • Même les filles, elles s’y mettent !

  • Pour lutter contre ça ? je ne sais pas… Etablir une relation de confiance et un dialogue

Le point d’interrogation sur ce dernier propos est significatif. On cherche une solution en étant conscient que l’on ignore l’origine du problème…

Fume-t-il (elle) par gout, par défi, pour soigner un mal être, pour faire comme les copains, pour s’amuser ? Prévention, répression ? Une conjugaison des deux ?

La réponse est bien sûr dans le dialogue… Mais comment provoquer ce dialogue ?

2ème étape : Rencontre parents/intervenants

Mise en place des jeux de rôles : (Durée 90 minutes)

Aux termes des entretiens nous mettons en place les outils -Jeu de rôle :

Ces derniers consistent à mettre à la disposition des parents des techniques de théâtre spontané. Deux personnes (ou plus) mettent en scène et surtout en dialogues des instants de vie dont les thèmes sont inspirés de propos recueillis lors des entretiens.

Notre objectif d’intervenants est de soutenir l'une d'elles afin qu'elle devienne capable d'accueillir les situations conflictuelles qu’elle vit, par la prise de conscience qu’un compromis (un arrangement) avec les personnes, ou les parts (voix) qui s'expriment en elle, et qui lui posent problème, est toujours possible. L’objectif est de lui faire admettre que dans une logique de médiation, c’est-à-dire de gestion d’un conflit

  • Ce qu’elle considère comme absurde ou inacceptable, peut pour l’autre (et par extension pour elle) avoir du sens

  • Ecouter les arguments de l’autre et en faire une véritable « traduction » personnelle… (Passer du : « Qu’est-ce qu’il a dit ? » au « Que cherchait-il à me dire »

  • Tenter de trouver « Celui qui a tort » provoquera presque systématiquement l’échec de la médiation.

En début de séance nos participants, un peu décontenancés par cette technique qui ne leur est pas familière, demeurent réservés, timides. Le rôle de spectateur est plus confortable…

Les intervenants jouent des saynètes inspirées comme nous l’avons précisé plus haut, des précédents échanges. Des premières réactions, encore timides, sont notées. Des situations, des mots employés, des propos rapportés, sont reconnus… Nous ne sommes plus vraiment dans une approche générique de la relation parents/ados mais dans l’observation de simples faits journaliers vécus par tous.

Autour des saynètes, différents exercices destinés à encourager la prise de parole sont proposés… Les personnages s’adressent directement aux participants, les impliquant directement aux situations qu’ils exposent…

Dès la deuxième histoire courte (saynète de chauffe) les parents prennent la parole…

Ils questionnent, commentent, conseillent, critiquent, lancent des sous thèmes soulevés par le thème principal… S’interrogeant sur le pourquoi des choses, ils s’identifient très rapidement aux personnages que nous leur proposons…

Nous quittons le stade du débat pour rentrer dans celui plus intime du dialogue. Que l’intervenant joue le rôle d’un ado de 15 ans s’adressant à sa mère est totalement admis, la mère répond, comme elle le ferait à son propre fils…

Nous reprenons les échanges, travaillant sur le fond et sur la forme. Certaines situations qui, à première vue, semblaient banales, se révèlent plus complexes à partir du moment où l’on fait l’effort d’entendre, non pas les simples propos, mais les voix de l’autre, c’est-à-dire tout ce qui en lui motive les propos qu’il tient, parfois de façon maladroite, agressive ou provocatrice.

3ème Etape : Rencontre Jeunes/Ecoutant

Lors de cette rencontre de 90 minutes environ, l’intervenant invite une dizaine de collégiennes à débattre autour des problématiques qu’elles rencontrent avec leurs parents: Nous verrons que les thèmes abordés différent quelque peu de ceux proposés par les parents.

Notion de territoire

Phrases recueillis lors des entretiens

Ma chambre, c’est chez moi, pas chez mes parents

• Ma mère elle n’a pas à rentrer pour y fouiller

• D’un autre côté, c’est chez eux, ils me prêtent une piole

• Je ferai ce que je veux quand je serais chez moi

• Elle me demande toujours à moi de faire le ménage, pas à mon frère

Notion de confiance

Phrases recueillis lors des entretiens

On est trop surveillé !

• On est capable de se limiter nous-mêmes

• Trop de confiance tue la confiance

• Faut trouver des compromis avec eux

• On voudrait plus de confiance

L’argent, les marques

Phrases recueillis lors des entretiens

  • L’argent de poche, des fois c’est pas top

  • C’est à nous de choisir nos fringues, pas de les payer

  • Faut pas non plus qu’ils nous pourrissent

  • En fait, l’argent à nous, ça sera quand on travaillera !

  • S’habiller chez LIDL, ça craint un peu !

En vrac

Phrases recueillis lors des entretiens

  • L’avenir ? on n’y pense pas trop

  • On verra bien

  • C’est mon frère qui commande, ou mon oncle

  • Y a pas beaucoup de matières qui m’intéressent

  • Les parents, y veulent qu’on réussisse... C’est pour eux !

Dès le début de l’entretien les adolescentes se prêtent volontiers au jeu des questions réponses. Elles semblent même apprécier le fait de pouvoir parler sans l’appréhension d’un jugement en retour, de ce qu’elles vivent, de leurs problèmes, de leurs craintes, de leurs attentes.

Elles ont une certaine difficulté à s’écouter entre elles… Pressées de s’exprimer, certaines parlent l’une sur l’autre. Il peut même arriver qu’une jeune fille répète presque mot pour mot un discours tenu quelques minutes plus tôt par une autre jeune fille… Quand on lui fait remarquer, elle reconnait qu’elle n’a pas écouté.

Après un temps d’adaptation, elles finissent par trouver un » rythme de croisière » tantôt leurs propos se complètent, l’une achevant ce que l’autre a commencé, tantôt, ils divergent, toutes ne vivant pas les mêmes situations et ne partageant pas forcément les mêmes centres d’intérêts. Cependant pas de conflits, de simples échanges parfois contradictoires…

  • Je dis tout à ma mère

  • Ben moi, je lui en dis le moins possible

L’entretien se révèle très court… Il a commencé en retard et il est interrompu par la sonnerie qui annonce la fin de cours… En une heure à peine, un grand nombre de sujets n’ont pas été approfondis. La séance prend fin alors qu’une réelle cohésion de groupe se mettait en place tandis que s’instaurait un rapport de confiance et de complicité entre Jeunes et Ecoutant. Personne bien sûr ne doit être blâmé du fait de ce simple constat… Il semblait pourtant utile de le signaler.

4ème Etape : Rencontre Parents/Jeunes et équipe de deux intervenants

Jeu de Rôle (Durée 90 minutes)

L’intervenant (Comédien) lance sa réplique (toujours inspirée des rencontres précédentes) à la façon que l’on jette une pierre dans l’eau… Afin qu’elle crée des remous (Effets des ronds dans l’eau qui se propagent) En l’occurrence il s’agit de provoquer, plus que de simples débats, des réactions, des échanges, des discussions entre participants et personnages… Les parents présents deviennent ados, les ados deviennent parents. Des rôles sont parfois définis à l’avance, puis ils évoluent en fonction du jeu. Les (fausses) disputes, les reproches, sont fréquentes.

Nous proposons en fait un simulateur de «prise de tête» entre ados et parents.

L’objectif est de faciliter le dialogue en jouant la situation plus qu’en en débâtant. Plutôt que s’évertuer à vouloir faire parler les participants, ados et adultes, nous proposons des situations simples afin qu’ils puissent se raconter.

Le principe du jeu est simple:

Situation d’échauffe

Une mère, un peu dépassée (Laxiste ?) et son fils de 15 ans. Il sort retrouver ses copains. La situation est jouée puis commentée… La mère demande conseil aux participants. L’ado (le comédien) tente le même jeu avec des mères de substitution (Choisies dans le public) Les réactions sont différentes….

Nous notons chez les ados, quand ils jouent les parents, une tendance très nette à la sévérité…Puis vient un enchainement de scénarios différents

  • J’ai encore pris une tôle en maths !

  • Rien à faire de l’école

  • Ma piole c’est pas chez moi !

  • Tu préfères mon petit frère !

  • J’ai pas d’avenir !

  • Papa avant t’étais un roi pour moi, pourquoi c’est plus comme ça ?

  • Ma fille, pourquoi tu nous pourris la vie ?

Chaque scénario peut autant s’achever en quelques minutes qu’il peut s’étendre à 15 ou 20 minutes. Les thèmes abordés dans le jeu sont propres aux adolescents et à leurs parents: Sorties, rapport aux marques, territoires, étude, éducation, téléphone/sms, etc…

Le but est d’amorcer le dialogue par une identification des participants à la situation. En effet, on constate que lorsque les participants jouent autour d’un thème précis qui les concerne, Ils commencent facilement à se livrer, sans qu’on leur ait rien demandé.

Les participants réagissent très vite. Dès la saynète d’échauffe, les adolescentes prennent la parole, commentant la situation et surtout le comportement des personnages.

  • Moi à la place de la mère, c’est une baffe et dans ta chambre

  • Moi je lui parle comme ça à ma mère, elle m’éclate !

Le comédien choisit une mère de remplacement, puis une autre.

  • Non tu ne sortiras pas, parce que tu me l’as pas demandé et tu parles trop mal !

Le personnage négocie… Il change de ton… Les parents rentrent dans le jeu.

A la deuxième saynète, qui narre la journée typique heure après heure d’une collégienne, les participants réagissent d’eux-mêmes et ce dès les premières répliques. Ils échangent avec les personnages, les critiquent, proposent des réponses aux questions qu’ils se posent…

Un réel échange s’instaure entre ados, parents et personnages…. A préciser, il y a deux intervenants… Lorsque le premier est dans une logique de personnage, il demeure personnage lors des échanges, l’autre intervenant devient alors Maitre de jeu (Animateur de débats)

En début de séance les participants n’étaient pas prêts à « Jouer le jeu » Le concept du « jeu de rôle » n’est pas un exercice aisé pour des personnes peu habituées à s’exprimer devant un public, même s’il est restreint. Le principe est de faire comprendre à tous, que lors d’une séance de « jeu de rôle », il n’y a pas de public mais des participants qui débattent d’une manière originale et vivante.

Lors de la dernière demi-heure, nos deux équipes, ont compris ce principe. Ils prennent alors des rôles, ils en changent…. Ils parlent et s’amusent… Nous sommes bien dans une logique de jeu

Une ado échange avec « notre ado » : La comédienne.

  • T’as raison, y a des matières à l’école qui ne servent à rien... Faut travailler uniquement ce qui te plait et ce qui te servira plus tard pour le métier que tu as choisi…

Puis cette ado prend le rôle de la mère, son discours change.

  • Tu as besoin de culture générale. Il te faut travailler toute les matières si tu veux réussir tes examens…

En fin de séance, nous constatons que nos participants sont prêts à aller plus loin dans le jeu de rôle…

Conclusions

Une première série de rencontres qui sans doute, appelle d’autres rencontres.

Pourquoi ?

De nombreux sujets ont été abordés. Ils ont été débattus, Parents et jeunes ont joué le jeu, ce qui a permis d’assister à de véritables échanges. Cependant, faute de temps et de séance, certains thèmes n’ont pu être véritablement approfondis.

Cependant, il aurait été d’ailleurs hasardeux de pousser plus loin le travail dans le cadre de ce premier projet. Les deux groupes, parents et ados, doivent « Digérer » ce qu’ensemble nous avons réalisé. Si une suite est à prévoir, il est préférable qu’elle soit envisagée à la demande de ceux qui participèrent à la première cession.

Merci de votre attention

Jean Benjamin Jouteur

Dramathérapeute.

RETOUR sur le site Effet ACT- Cliquez ICI

Article sélectionné
Articles récents
Chercher par tag
Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic