LES CONCEPTS

Ces outils ont vu le jour au fil des années. Un projet m’est présenté, l’expérience façonne  l’idée… Je jette sur le papier, j’imagine, je tente, je rédige, je transforme… Voici les comédiens… De répétitions en répétitions, nous affinons le concept.  Un simple point de détail peut faire la différence… Tout est bien sur adaptable (Ils arrivent même parfois que les concepts se mélangent). Avant toute création d’outil interactif, le plus important est de bien préciser ce qu’on attend de lui : Instant de théâtre, de détente ou d’émotion ? Doit il informer, déranger, engendrer le débat, la discussion, l’interaction, le jeu ?  

Scène de théâtraction.

L'enquêteur intervient

Le personnage témoin

Le comédien devient personnage

Théâtraction

Les comédiens proposent une ou des situations.

Le spectateur devient témoin.

Les situations débouchent sur un épilogue contradictoire…

 

Le personnage hésite, s’interroge… Que doit-il faire ? Comment agir ou réagir ? Le spectateur témoin commente, conseille, propose… Il peut même lui arriver d’assumer sa prise de parole en interprétant lui-même les comportements qu’il propose…  Un dialogue s’instaure. Ce type d’intervention nécessite en règle générale un public plus restreint…  

Chroniques de faits divers

Comment une telle chose a pu  arriver ?  

C’est la question que posent ces chroniques

En support, la reconstitution fidele d’un fait divers

Puis, avec l’aide du  public, les intervenants, à la fois journalistes, comédiens et animateurs,  « décortiquent  » les différents comportements.

Les  « Chroniques de faits divers » racontent, expliquent et s’interrogent.

 

Le récit des faits est étayé par la projection d’images d’archives, d’interviews,  d’articles de presse,  par le témoignage de soignants,  de témoins  protagonistes de l’affaire. 

 

Afin de rendre compte de ses investigations, un enquêteur intervient… Il s’est rendu sur place, Il a rencontré l’ensemble des  personnages :

Certains d’entre eux vont prendre vie… Ils vont répondre aux questions,  ils vont aussi sans doute tenter de se justifier. 

Les outils interactifs que je crée peuvent aborder des thèmes variés… Une condition cependant : Je dois me sentir concerné, ou à défaut  simplement intéressé,  par le thème abordé… Je le revendique sans ambages, abandonnant aux publicistes le soin de vendre des idées qui ne sont pas miennes, je ne traite que ce que j’aime.

Je m’inspire de témoignages, de rencontre ou de faits d'actualités.  

 

Originalité et réalisme sont mes maitres mots.  Surnommés parfois « Outils à effet miroir », Mes concepts reflètent toujours  une réalité… Celle des autres sans doute, mais n’est-on pas toujours " l'autre " de celui que  l’on ne connait pas ?  

 

Jean B Jouteur

Itinéraires de vie

Certaines personnes  ont une cruelle expérience de la vie. Mésestime de soi, harcèlement, discrimination, dépendances, incarcérations,  elles ont approché de près l’enfer

Puis pour elles, comme pour les autres, le temps a passé… 

De ces vies torturées des bouquins sont nés… Récits, témoignages, biographies… Ces témoins écrivent pour se raconter, mais aussi pour partager… Mais avec un livre, comment connaître la réaction à chaud du lecteur, comment recevoir ce qu’il ressent, comment répondre aux questions qu’il se pose…  En un mot,  comment partager ?

 

En rédigeant une pièce-témoignage, en reconstituant, de personnages en propos, de situations en  mots,  certains épisodes de sa propre vie.   Témoigner de son expérience sur une scène, tel est le pari de ces itinéraires théâtralisés.  

"

"

Lettres ouvertes

Ces lettres sont l’adaptation de propos recueillis, de témoignages, de discussions ou de situations vécues.

​Dans un premier temps, les comédiens sont des lecteurs.

Puis ils « deviennent »   celles et ceux à qui jusqu'à présent ils prêtaient leur voix. La situation se met en place.

 

Des comédiens « non lecteurs »  donnent corps aux  personnages évoqués dans le  courrier…  Un échange entre témoins principaux, témoins secondaires puis, dans un deuxième temps,  avec la salle  s’instaure

 

             « Lettres ouvertes »  permet  de donner la parole à un grand nombre de personnages tout  mettant  en valeur différents avis, réflexions ou questionnements… Il permet d’échanger avec les différents personnages interprétés par les comédiens. Ces derniers défendront  leurs  points de vue et interrogations  face au public. Ce dernier est placé dans une situation de « confident ». Le spectateur quitte sa place confortable de simple auditeur pour devenir  malgré lui, témoin d’une situation souvent forte : Celui ou celle dont on attend avis et conseil. 

 

I'm a title. Click here to edit me.

L'intox

Les comédiens sont sur scène ou dans la salle, incognitos

​Concept inspiré du théâtre invisible

Le public ignore la présence  des comédiens. Ces derniers ont préparé un canevas d’intervention précis en rapport avec le thème abordé. Au moment qu’ils jugeront opportun, Ils se manifesteront.  Le spectateur devient alors réellement  témoin d’une situation qu’il estime effective. Quatre types d’interventions sont possibles.

 

  • L’intervention témoignage… Un personnage, sensibilisé par le thème évoqué, ne peut s’empêcher de prendre la parole. Il va alors imposer son témoignage, c'est-à-dire : Monter sur scène dans le but de raconter à tous son vécu. La cible visée étant Les spectateurs de la salle...

 

  • L’intervenant programmé… Un personnage, introduit par l’animateur ou par toute autre personne,  prend « officiellement » la parole.  Si son propos a pour objectif d’illustrer ou de développer le thème évoqué, il peut « déraper » à tout moment ou être interrompu par un complice dans la salle.  (Les modalités du « dérapage » sont à définir)

 

  • L’échange contradictoire… Un personnage, installé dans le public, va réagir aux propos tenus par le conférencier. Un second personnage va interrompre son intervention… Suivra un échange contradictoire entre les deux personnes qui,  toutes deux, prendront les spectateurs à témoin.

 

L’ « interpeleur »…  Un personnage interrompt le conférencier pour l’interpeller sur une thématique bien précise. (Le thème de l’interpellation est définir en amont). Le comédien interpelant prend bien sur un malin plaisir à ne rien comprendre de ce qui lui est expliqué

Effets d'actualité

Une pièce "écrite" est interprétée...

​Une approche plus "théâtrale, un jeu d'acteurs

Sa durée varie selon les cas (De 15minutes  à 40 minutes maxi)  

 

Elle soulèvera un certain nombre de questions et de commentaires, notamment sur les situations abordées, sur le comportement, les propos et les choix des personnages.

 

 Une discussion entre le public et  les différents personnages va s'instaurer… (Les comédiens ne quittant pas leur rôle, ce sont les personnages eux même qui réponderont aux questions et qui justifierontleurs propos et comportements…)  

Propos d'annonces

Il s’agit de témoignages théâtralisés ou narratifs 

Ils sont inspirés par le titre des interventions et les œuvres des (ou de certains) intervenants

Les interventions s'adressent tantôt au public, tantôt aux conférenciers eux même…

 

Même si leur objectif n’est pas de provoquer un débat formel,  elles suscientent  un certain nombre de réponses ou de réactions…. Le nombre, la durée et le thème des saynètes sont à définir avec les organisateurs…

 

Ce concept permet d’aborder des thématiques différentes avec des partis pris de jeux différents…

 

Un autre avantage… La jauge « spectateurs » n’est pas limitée… Nous avons constaté lors de séances de ce type des discussions improvisées  et non formelles  entre comédiens et membres du public

 

Témoignages interprétés

Narrations, témoignages et reconstitutions

Ils traitent toujours d'un thème précis. 

Il s’agit de témoignages théâtralisés en quatre phases.

 

Narration : Une ou plusieurs personnes témoignent d’un quotidien qu’ils vivent ou de situations qu’ils ont vécu.  Leur intervention débute en par une courte présentation du contexte.

 

 

Flashback : Peu à peu, les personnages-témoins « Entrent » dans les situations qu’ils décrivent…  Des personnages secondaires  apparaissent. 

 

Reconstitution : Les situations exposées  sont revécues sur scène par l’ensemble des personnages concernés. Le spectateur abandonne sa place d’auditeur pour devenir  témoin.

 

Conclusion : Retour à la mode narrative. C’est le temps des questionnements, des commentaires et des réactions suscités par la reconstitution. 

 

Ce concept incite au débat, mais son objectif  ne consiste pas  nécessairement à le  provoquer. 

Pour exemple le chapitre : « conclusion » peut être mené soit par le public, si toutefois décision est prise d’une certaine interactivité, soit par les personnages eux même qui par le bais de dialogues, analyseront leurs propres comportements et contradictions.

 

A signaler que :

 

-       Dans ce concept, l’intervenant ne se présente pas en tant que comédien, mais en tant que personnage.  Il a pour consignes  de  personnifier ce dernier  en  défendant notamment ses points de vue et interrogations.

 

-       La plupart des situations proposées sont inspirées de témoignages recueillies et de situations rapportée

 

-       L’échange avec la salle est toujours envisageable voire souhaitable.